Le LASDEL s’est proposé avec ce programme d’observer et d’analyser, à l’échelon local, la nouvelle donne socio-politique qu’implique la future décentralisation au Niger. Avec l’appui de différents partenaires (en particulier Coopération française, Coopération suisse, Commission européenne, IRD et CODESRIA), ce programme de recherche pluri-annuel a entrepris, dès avant la mise en œuvre de la décentralisation, de mener des études de références sur une série de sites répartis dans l’ensemble du pays (à ce jour, des études sur 11 sites ont été financées), afin de décrire, dans leur diversité et leur complexité, les configurations actuelles des pouvoirs locaux, au sens large du terme.  Le rapport ci-dessous est le résultat d’une étude complémentaire de l’enquête de référence menée sur un des sites de l’Observatoire de la décentralisation, programme de recherche du LASDEL. Nous avons mis l’accent ici sur les aspects politiques locaux de la communalisation qui est la première étape du processus de décentralisation au Niger. Lorsque la décentralisation sera mise en place, des études annuelles seront menées à nouveau sur chacun de ces sites, afin de suivre les modalités d’exécution de la réforme sur le terrain, et ses effets sur l’arène socio-politique locale. Le local sera en effet considéré d’une part comme une ”arène”, où interviennent des acteurs hétérogènes dotés de ressources locales et extra-locales variées (chefs, notables, ressortissants, hommes politiques, commerçants, personnels de projets, fonctionnaires, associations, etc.), et, d’autre part, comme un espace public et étatique émergent, où les représentants de l’Etat et ceux des populations interagissent autour de normes multiples (locales, régionales et nationales), souvent non stabilisées.

Télécharger toute l'étude ici